Anna… Loin Là-bas

Anna… Loin Là-bas

chants traditionnels italiens et chansons françaises

Interprétation
Antonia Bosco

Accordéon
Stéphane Puc

Conception et mise en scène
Gerold Schumann

Scénographie
Olivier Bruchet

Lumières
Uwe Backhaus

Création 2001

production Théâtre de la vallée ; coréalisation Salon des Arts, Paris ; avec le soutien de l’Institut Français de Rabat au Maroc et du Festival Euro-Méditerranéen de Mostaganem – Algérie

Le spectacle

Un homme part à la recherche d’Anna, qui a quitté 30 ans auparavant sa terre natale, le Mezzogiorno, pour aller en France. Il est à sa recherche, sur un chiffon de papier son adresse en France : il arrive à la Goutte d’Or. Nous suivons son voyage, et ses souvenirs d’Anna, grâce à des chansons emblématiques des deux pays : Bella Ciao, Cade l’uliva, Les feuilles mortes, Le mal de vivre

PRESSE
  • Un beau spectacle, à mi-chemin entre le théâtre et la chanson, mêlant les chants traditionnels italiens et français.
  1. Juliette Corda, Le Parisien
  • L’espace d’une heure, Antonia Bosco, accompagnée à l’accordéon par Stéphane Puc, a enchanté le public avec l’histoire d’Anna.
  1. Le Jeune Indépendant, Oran, Algérie
  • Antonia Bosco nous raconte l’histoire d’Anna, de son village en Italie puis de son exil en France. Et tout s’enchaîne naturellement. Ses chansons, toutes plus belles les unes que les autres, ponctuent magnifiquement la narration.  Ce n’est pas un récital, mais une pièce mouvementée, un voyage.
  1. Passion Théâtre
  • Brise musicale sous la Kheïma.
    Amadouant les soirées du mois d’août, les organisateurs du Festival Euromed de Mostaganem ont invité une nouvelle fois le Théâtre de la vallée à se produire, mais cette fois-ci pour donner un spectacle de chants sous une kheïma caressée par les rais de lumière tamisée. Antonia Bosco a enchanté le public présent en faisant revivre à certains nostalgiques de la chanson française des années 40 et 50, des airs bien connus du terroir français.
    Accompagnée par l’accordéoniste Stéphane Puc, la Franco-Italienne Antonia Bosco a, l’espace d’une heure, fredonné des chants traditionnels italiens et des chansons françaises, mélés à des textes tirés de Virgilio, l’exil et la nuit sont bleus de Gérard Gélas. Elle raconte l’exil d’Anna, du pays de la botte en France, après la Seconde Guerre Mondiale. Elle égrène sa douleur, chante les amants désunis, passe en revue l’idylle de ces instants dans l’atmosphère feutrée de Milan et sa carte du village aux couleurs pastorales. Elle évoque, avec force émotion, les saisons chargée de muse où « les feuilles mortes » se ramassent à la pelle. « Sous le ciel de Paris », Anna revisite ses ponts, sa Seine, ses quais et ses rues entonnant des mélodies tout aussi sereines que la douceur de la brise enchanteresses qui se faisait complice avec le décor offert.
  1. Le Quotidien, Oran

REPRÉSENTATIONS PASSÉES

Salle municipale de Malakoff (92)

2004, 1 représentation

 

Verrières le Buisson (91)

2003, 1 représentation

 

Le Luxembourg – Meaux (77)

2002, 1 représentation

 

Salon des Arts – Paris (75)

2002, 5 représentations

 

Mostaganem – Algérie

2002, 2 représentations

 

La Grange à Dîmes – Ecouen (95)

2002, 1 représentation

 

Saint Ouen l’Aumone (95)

2002, 1 représentation

 

Institut Français de Rabat – Maroc

2001, 1 représentation