Les Bulles de Brecht

d’après des textes de Bertolt Brecht

L’achat du cuivre, le théâtre de Bertolt Brecht

Le philosophe – Thibaut Mullot

Le dramaturge – Antoine Formica

La comédienne – Maëlle Poésy

Adaptation et mise en scène – Gerold Schumann

Costumes – Cidalia de Costa

Création 2012

Musique de Kurt Weill, Hanns Eisler et Bertolt Brecht

Chant – Antonia Bosco

Piano, violon, alto – Vincent Minazzoli

Adaptation et mise en scène – Gerold Schumann

Scénographie et costumes – Olivier Bruchet

Lumières – Uwe Backhaus

Pour accompagner la création de Mère Courage et ses enfants, le Théâtre de la val­lée propose aux théâtres qui accueillent le spectacle des actions de sensibilisation originales : Les Bulles de Brecht.

On a beaucoup écrit sur Brecht et longtemps considéré l’Effet de distanciation – traduction maladroite du néologisme allemand Verfremdungseffekt – comme l’alpha et l’oméga de la compréhension de son oeuvre. Cette approche, qui can­tonne le poète à un doctrinaire rigide, a donné lieu à de nombreux malentendus ou contresens. Il nous semble essentiel de renouer avec l’esprit même de Brecht.

Ces actions de sensibilisation se feront donc à partir des textes de l’auteur. Plutôt que d’évoquer l’artiste et son oeuvre, nous laisserons parler Brecht.

Formes théâtrales à part entière, les Bulles de Brecht peuvent être jouées sur une scène, dans un foyer de théâtre ou dans d’autres lieux, bibliothèques, collèges, ly­cées, et ainsi rencontrer un large public avant les représentations de Mère Courage et ses enfants.

Le spectacle L’achat du cuivre

Le philosophe souhaite utiliser le théâtre à ses fins, sans autres considérations. Pour lui, le théâtre doit fournir des reproductions fidèles des processus qui se pro­duisent entre les hommes, et permettre au spectateur de prendre position.

Le dramaturge se met à la disposition du philosophe et s’engage à mettre ses com­pétences et ses connaissances au service d’une transformation du théâtre selon les vues du philosophe. Il en espère une renaissance du théâtre.
La comédienne souhaite s’exprimer. Elle veut qu’on l’admire. La fable et les carac­tères ne lui servent pas à autre chose.

Nous développons à travers de courtes saynètes, extraites de L’Achat du cuivre, l’idée que Brecht avait du théâtre, de son implication dans la vie et dans la socié­té.

Le spectacle Musique

Le spectacle remonte de poèmes en chansons le cours de la vie de Bertolt Brecht. Une vie qui va comme souffle le vent ; une vie qui se lève, grandit, tempête, puis vient à faiblir et s’éteindre.

Bertolt Brecht, avant d’être connu, écrit des poèmes. Dans ses dernières années, il n’écrit presque plus ; ce qu’il écrit, ce sont toujours des poèmes, à travers lesquels s’esquissent quelques notes autobiographiques. A travers ses chansons, qui sont encore des poèmes, Brecht, l’homme, se montre. Involontairement mais aussi de manière construite et assumée.

En suivant la vie de Brecht, notre regard se porte également sur les événements historiques qui ont marqués la première partie du XXème siècle.

Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National, et les soutiens du Fonds d’Insertion pour Jeunes Artistes Dramatiques, DRAC /Région Provence-Alpes-Côte d’Azur

REPRÉSENTATIONS PASSÉES

Lycée de l’Essouriau – Les Ulis (91)
Collège Les Toupets – Vauréal (95)
Fondation Cognacq Jay – Argenteuil (95)
Lycée Jules Verne – Cergy le Haut (95)
La Barbacane – Beynes (78)

Février 2013, 1 représentation
Janvier 2013, 1 représentation
Janvier 2013, 1 représentation
Janvier 2013, 2 représentations
Septembre 2012, 1 représentation